Skip to content

Le grand combat…

31 mars 2009

Pas du style à blogger ce genre de nouvelle. Ça fait déjà quelques semaines que je suis au courant, mais j’ai l’étrange impression que je dois le faire. J’imagine que si j’étais dans « l’autre peau » j’aimerais avoir des encouragements.

C’est donc il y a environ 2 semaines, alors que je faisais une visite éclair au local de Rue frontenac que j’ai fait le saut. J’entre dans le stationnement et je vois Alain Décarie discuter avec 3 autres confrères. Comme j’arrive et que les 3 hommes s’en vont devant le 4545, pancartes à la main, j’entends un « Bon ben Alain, tiens nous au courant assez vite la dessus ». L’esprit de journaliste, ou seulement de gars trop curieux, s’émoustille en moi. Je lance donc d’une manière plutôt désinvolte « Pis mon Alain, t’es sur un gros dossier? » pensant qu’il planchait sur un dossier spécial, une exclusivité Rue Frontenac ou quelque chose du genre. C’est alors que Alain me scia littéralement les jambes en me répondant dans toute sa spontanéité, dans toute son innocence et sa simplicité « Ouais, un christ de gros dossier mon Raphaël. J’ai une tumeurs au poumon. » Pas besoins de vous dire à quel point j’ai été saisis. Non seulement par la façon de l’apprendre que par la façon de le dire. En fait, c’était fort simple. Alain était resté lui-même. Pas de fla fla, pas de fleurs, pas de poésie, la réalité telle qu’elle est. La simplicité dans son essence même qui viens te – excusez-moi l’expression – calisser une claque dans face à t’en faire perdre les dents, à l’image de son fils Antonin Décarie. Tellement simple qu’il ne se cachait pas derrière de faux-semblant. Il me l’a dit. Lorsque son médecin lui à annoncé la mauvaise nouvelle, il ne lui à pas dit « pauvre choux ». Il lui a exposé le problème directement. « Depuis combien de temps que tu fumes? » Pas de faux-semblant j’ai dis.

Alain est entré à l’hôpital en début de semaine pour se faire opéré mercredi. Ablation du poumon. Pas qu’une mince affaire, il me l’a dit. Pas de faux-semblant j’ai dis.

Je dois avouer mon malaise face à ce post sur mon blog. Je ne connais Alain que depuis Août 2008. Je l’ai rencontrer plusieurs fois sur des assignations, pris un café avec lui, jasé et blogger quelques autres fois. J’en ai cependant entendu parler plus d’une dizaine, centaine, milliers, alouette, de fois. Toujours en bien, naturellement.

La différence ici avec ce qui s’écrirais sur n’importe qui d’autre dans une situation semblable est que c’est vrai. J’ai entendu parler d’Alain Décarie comme étant un modèle à suivre pour la persévérence. Si je ne me trompe pas, mais je ne dois pas être bien loin, il a fait 18 années de surnuméraire au Journal de Montréal. 18 ans. Vous savez combien de photographes aurait abandonné le métier après 18 ans d’horraire tout croche, de salaire moindre, d’insécurité financière et d’avantages sociaux réduit par rapport à ses collègues? Bon, ce sera beaucoup plus facile de dire combien il en serait resté. Seulement un vous l’aurez deviné. Et tout un en plus.

Alain, tu es définitivement un modèle de persévérance et d’acharnement au travail pour tous. Tu es un modèle de respect à autruit incomparable. Tu as tout mon admiration pour cela.

On se vois dans quelques mois sur le terrain. D’ici là, prend tout ton temps et repose toi bien.

Tu as la plus grande et la plus belle famille qui soit derrière toi.
Celle des photographes de presse de Montréal.

À très bientôt
Raphaël Ouellet

Publicités
2 commentaires leave one →
  1. luc vincent permalink
    1 avril 2009 6:13

    nice comment le kid(c’est de famillle de ne pas lacher …moi je connai le fils et c’est un grand …imaginé vous le père)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :