Skip to content

Claude Robinson

13 février 2013

Salut Claude!

J’espère que tu vas bien!

On s’est croisé à mon studio, il y a quelques semaines de ça. Il faisait gris terne, le quartier était mort, il devait faire -20°c pis la vie était plate à mourir. C’était pour la couverture du journal VOIR. Tu n’avais pas beaucoup de temps, je comprenais. T’avais la tête visiblement pleine, je comprenais aussi.

Je connaissais l’histoire, je ne connaissais pas vraiment les détails. Je ne connaissais pas (pas plus que maintenant) toute la lourdeur du processus, le poids que tu as sur tes épaules et la frustration qui t’habite. Un client ne voulait pas me payer l’an dernier et pis ça m’a tiré du jus comme pas possible. Ça fait 18 ans que tu te bats, je ne peux même pas imaginer.

J’avais prévu faire un portrait de toi fort, un portrait où on te verrait comme un battant. Je savais pas trop, les bras dans les airs en criant peut-être. Pis là, Dom t’as maquillé un peu pis tu m’as raconté une couple d’histoire pas possible. Juste à t’écouter, j’étais fatigué. Une espèce de fatigue épouvantable qui te prend tout le corps. Le sentiment d’être bétonné jusqu’au cou pis de juste pouvoir attendre.

J’aurais aimé ça te montrer comme un battant, comme la personne que tu es. Quelqu’un qui ne cédera jamais devant ses convictions, mais je n’étais physiquement pas capable. Ça devait être la température…

En fait, le message de ma photo, c’est que c’est déjà terminé. Tout le monde connaît l’histoire, tout le monde sait que tu as raison. Ce n’est même pas discutable.

Alors j’ai imaginé l’après. Qu’est-ce qu’il y a après la bataille?

Il y a toi qui t’assoies dans ton divan et qui fermes les yeux.

Un peu comme ça.

IMG_9197

IMG_9042

Claude, tu es une inspiration de courage, de détermination et de droiture.


Pour que jamais l’artiste ne pli l’échine devant le vol de son oeuvre. Pour que jamais le citoyen ne s’incline devant les escrocs.

Bravo, merde, je suis de tout coeur avec toi.

claude

Magazine : VOIR

Éditeur Photo/Rédacteur en chef : Simon Jodoin

Design : Luc Deschambault

Photo : Raphaël Ouellet

Maquillage : Dominique T. Hasbani @ GLOSS

Publicités
4 commentaires leave one →
  1. 13 février 2013 4:07

    un des portraits les plus puissants que j’ai pu voir. bravo.

  2. Gbarielle Bolduc permalink
    13 février 2013 4:37

    Il y a une grande honnêteté dans ce visage

  3. Gabrielle permalink
    13 février 2013 5:58

    Intéressant, je ne l’avais pas vu tant comme le repos du guerrier que comme l’immense concentration d’un combattant avant un round crucial. Magnifique portrait!

  4. Marie-Eve permalink
    25 mars 2013 2:03

    Magnifique et touchant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :